Attention à la pyrale du buis …

    Attention à la pyrale du buis …

    Vous connaissez peut-être la pyrale du buis, cette chenille défoliatrice venue d’Asie et introduite accidentellement en France il y a une petite dizaine d’années. Aujourd’hui bien implantée en Ile-de-France, elle n’épargne pas notre commune.

    Cette chenille ne parasite que les buis, mais est capable de faire de très gros ravages pouvant aller jusqu’au dépérissement total de la plante dû au grand nombre d’individus présents sur un même arbuste.

    Les premières chenilles issues de cocons ayant hiverné sur la plante sont en pleine activité au début du printemps et se gavent de feuilles afin de créer une génération de papillons autour du mois de juin qui pondront à leur tour et ainsi de suite engendrant 3 à 4 générations dans l’année.

    Si vous repérez des fils de soie et des crottes vertes sur vos buis, c’est certainement qu’ils sont infestés par la pyrale, une chenille verte avec des points noirs, poilue mais non urticante, pouvant mesurer jusqu’à 4 cm à son dernier stade.

    Il existe deux principaux moyens de lutte ; un traitement chimique à base de produit de la famille des pyréthrinoïdes comme la deltaméthrine que nous vous déconseillons vivement car très toxique pour tous les insectes y compris les abeilles.

    L’autre solution, plus respectueuses de l’environnement est une bactérie, le bascillus thuringiensis var. kurstaki, vendu en jardinerie sous forme de poudre à diluer et à pulvériser sur la plante malade. Ce produit agit par ingestion et n’a aucune action sur les œufs, il doit donc n’être utilisé qu’en curatif en présence des chenilles sur le végétal. Il agit par paralysie de la larve, l’empêchant de se nourrir et entrainant sa mort en quelques jours. Ce traitement, très efficace, devra tout de même être répété à chaque nouvelle éclosion de chenilles jusqu’à leur disparition complète.

    Enfin si il est déjà trop tard et que votre buis est entièrement mort, nous vous déconseillons de le mettre aux déchets verts afin d’éviter la propagation de l’insecte, privilégiez plutôt de le mettre en sac poubelle aux ordures ménagères, où il sera automatiquement incinéré.