Désherbage au cimetière

    Désherbage au cimetière

    La mairie a décidé d’aller au-delà de ce qu’impose la loi Labbé en matière de traitement phytosanitaire pour l’entretien du cimetière.

    En effet, les cimetières ne sont pas concernés par cette mesure, car ils sont souvent très minéralisés ce qui en rend le désherbage manuel ou mécanique difficile. Cependant, Bailly a pris le parti d’inclure son cimetière dans une démarche de gestion sans pesticide au même titre que le reste de la commune. Pour cela, les jardiniers ont réfléchi à plusieurs techniques de désherbage ou d’alternatives au désherbage. Pour les entre-tombes, ainsi que les emplacements vides, plusieurs solutions sont à l’essai.

    Les emplacements vides ont été soit ensemencés en gazon, soit plantés avec des plantes vivaces choisies pour leur faible besoin en eau. Là où les outils de désherbage traditionnels ne peuvent passer et le devant des tombes, une partie a été semée en fétuque : il s’agit d’une espèce de graminées à pousse lente demandant peu d’entretien et s’acclimatant de tous types de sol et de conditions climatiques desséchantes. À terme, cette graminée devrait former un tapis suffisamment dense pour empêcher la pousse des adventives.

    Une autre partie a été traitée de façon complètement différente : une épaisse couche de broyat de bois provenant en partie des déchets d’élagage de la commune recouvre toutes les parties où l’herbe est susceptible de pousser.

    Enfin, une troisième partie va être prochainement plantée en sédum, cette plante grasse affectionnant les terrains secs et caillouteux, et qui devrait prendre le dessus sur les herbes non désirées.

    Ainsi, nous espérons fortement limiter le développement des herbes sauvages, tout en gardant à l’esprit qu’un cimetière propre n’est pas un cimetière sans herbe, mais un cimetière sans pesticide.