Le patrimoine

    LA MAIRIE

    Cette maison bourgeoise ou « Château » est édifiée en 1850 par Charles Soulange Renard, banquier parisien, sur une ancienne pépinière de 15 hectares.

    Occupée par l’armée allemande de 1940 à 1944, elle est vendue en 1946 à la SARL du « Domaine de la Pépinière ». Elle sert alors pendant 3 ans de lieu de regroupement de familles juives provenant des ghettos d’Europe centrale, en transit vers Israël.

    En 1953, elle devient la propriété de la Famille Ozil qui y reçoit les élèves et les professeurs de « l’Ecole Universelle ». Mme Ozil vend le domaine de la Pépinière en vue de l’aménagement de la résidence Harmonie Ouest. La Commune acquiert le « Château » en Février 1972 et la mairie y est transférée dès le mois de Juillet.


    LES MAISONS DE LA GRAND RUE

    Rue symbolique du « Vieux Village », la Grand Rue s’est développée au moment de l’installation de Louis XIV à Versailles. Elle y a accueilli de nombreux employés du Domaine Royal. D’autres maisons datent du 18ème siècle et constituent un remarquable témoin de l’habitat d’une population de journaliers, commerçants, artisans du village. Des puits mitoyens, implantés entre les maisons procuraient l’eau. Toutefois, pour arroser les jardins, on payait pour avoir le droit d’utiliser l’eau des canaux d’irrigation. Gare à celui qui fraudait pour avoir la clé des vannes, les sanctions sont encore lisibles sur une plaque accrochée au mur entre les n°37 et 39. Au début du vingtième siècle, elle était la seule rue goudronnée de Bailly.


    EGLISE SAINT-SULPICE

    L’église, construite au XIIIe siècle, est bâtie sur les fondations d’un édifice du Xe siècle. La clef de voûte de la partie gothique porte l’écusson qui servira à établir les armes de Bailly. La nef et le clocher voûté d’ogives sont remaniés au XVIIe siècle. En 1756, Louis XV confère à l’église St Sulpice le titre d’église « Paroissiale et Royale ».

    Le clocher a abrité 3 cloches dont 2 ont été fondues à la Révolution, la dernière datait de 1642. A cause d’un usage sans doute abusif, elle était fêlée. Grâce à la mairie et à la Paroisse elle a été refondue à l’identique, bénie et remise en place en 1960. En 1902 une horloge à piles y est installée. Elle fut électrifiée plus tard quand l’électricité fut établie à Bailly. Depuis, malgré quelques petites réparations les Baillacois n’ont cessé d’avoir l’heure !


    LE CHATEAU DE BAILLY

    Les travaux du château sont initiés vers 1526 par Jehan de Saint-Benoist et achevés par la famille de Lignéris qui le céde en 1571, à Albert de Gondi futur Maréchal de Retz. La famille de Gondi occupe le château jusqu’en 1623. St Vincent de Paul y réside en tant précepteur des enfants.

    En 1676, le roi Louis XIV l’achète pour agrandir sa chasse. A partir de 1679 il passe entre de nombreuses mains jusqu’à ce qu’entre 1770 et 1825, la famille de Boucheman, attachée à la famille royale, devient propriétaire du château et de ses dépendances.

    Le domaine revient une fois encore à la famille de Boucheman après une alliance avec la famille de la Charrière qui compte plusieurs maires de Bailly.

    Peu après la guerre, Clémentine de Boucheman cède la propriété dont elle ne peut assurer les travaux induits par l’occupation allemande, à la Société Philanthropique pour l’accueil des jeunes handicapés moteur pendant leur convalescence ou leurs vacances.

    En Octobre 1950 la Fondation Stern installe dans le château une école pour les enfants handicapés.


    LE FORT DU TROU D’ENFER

    Le Fort du Trou d’Enfer est situé à 20 km de Paris, au cœur de la forêt domaniale de Marly – à cheval sur les communes de Bailly et Marly-le-Roi entre Versailles et Saint-Germain-en-Laye – à l’ouest du triangle de Rocquencourt, au carrefour de l’A12 et de l’A13. La plaine du Trou d’Enfer est classée site naturel depuis
    1932 avec sa biodiversité remarquable.

    Construit entre 1878 et 1881, après la guerre franco-prussienne de 1870, cet édifice fait partie des 18 forts de la deuxième ceinture de protection de Paris. Il assure en outre la logistique des batteries de la forêt de Marly. Ce site a accueilli en 1916 les essais des premiers chars d’assaut français et le premier Centre de formation des équipages de chars. Le fort a été démilitarisé en 1962 et confié à l’Office National des Forêts (ONF) pour la gestion des chasses présidentielles.

    Le fort du trou d’enfer_Un patrimoine exceptionnel à sauvegarder (mars 2019)


    LE PARC DE LA CHÂTAIGNERAIE

    Le parc de la Châtaigneraie, vaste parc boisé, est issu du domaine de la Châtaigneraie qui a été divisé en 3 parties : au nord, une parcelle privée a été détachée avec le château, puis dans la partie centrale fut réalisée une opération résidentielle dans les années 1980 et enfin en partie sud, le parc communal qui couvre 1,7 ha.

    Bien qu’amputé d’une grande partie de son domaine, le parc conserve encore des éléments de composition qui suffisent à lui donner un caractère et une cohérence.

    Il a d’ailleurs été récompensé en 2014 par le prix d’architecture, d’urbanisme et de paysage du CAUE 78 (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement des Yvelines).