TOUT SUR LES VACCINS CONTRE LA COVID-19

    TOUT SUR LES VACCINS CONTRE LA COVID-19

    Source : www.gouvernement.fr/info-coronavirus/vaccins

    La France a passé le cap des 3,3 millions de vaccinations.

    Pour stopper la pandémie et retrouver une vie normale, les chercheurs et laboratoires du monde entier se mobilisent pour développer des vaccins efficaces contre la Covid-19. En plus des mesures barrières, la vaccination permettra de contrôler la propagation du virus et de réduire la mortalité et la morbidité liées à l’infection virale.

    Pour garantir la sécurité de son utilisation, le développement d’un vaccin est soumis à des exigences réglementaires strictes. Avant d’être mis à la disposition de la population, le vaccin nécessite la mise en place d’essais cliniques. Les résultats doivent être satisfaisants en termes de réponse immunitaire, d’efficacité, de sécurité et de qualité pour que le vaccin soit validé. Les essais cliniques ont lieu dans différents pays comme la France où il est possible de se porter volontaire pour participer à des essais via la plateforme Covireivac.

    Le candidat de Pfizer-BioNTech a été le premier à être validé en Europe, suivi de Moderna, sur une technologie similaire (ARN) mais avec une conservation plus simple. À ce jour, deux vaccins supplémentaires sont en cours d’évaluation par l’EMA après la réalisation d’essais cliniques de phase III : les vaccins des laboratoires AstraZeneca et Janssen.

    L’objectif est clair : vacciner en priorité, d’ici l’été, les 15 millions de personnes âgées et souffrant de pathologies chroniques.

    Actuellement, la politique de pré-achat du Gouvernement vise à sécuriser l’accès de la France aux vaccins les plus prometteurs, en quantité suffisante et à des conditions tarifaires compétitives. Pour autant, l’achat lui-même restera conditionné aux résultats des essais cliniques et à l’autorisation de mise sur le marché par l’Agence européenne du médicament (EMA).
    La Commission européenne a engagé 2,7 milliards d’euros de son instrument d’aide d’urgence pour financer les laboratoires les plus avancés dans leurs recherches. Cet investissement permet également de précommander des doses qui seront partagées entre les Etats membres. La Commission a ainsi conclu 6 contrats de pré-achat de vaccins contre la COVID, pour un total représentant plus d’1 milliard de doses dont 200 millions pour la France. D’autres arriveront.

     

    Qui sera vacciné ?

    Dans son avis publié le 30 novembre 2020, la Haute Autorité de Santé (HAS) a établi un ordre très précis des populations à vacciner, que suit le Gouvernement :
    Pour une première phase qui a commencé le 27 décembre, la HAS recommande de vacciner d’abord les personnes âgées qui résident en établissement, notamment les EHPAD. Il s’agit également des personnels y travaillant lorsque ces derniers ont plus de 65 ans ou présentent un risque de développer une forme grave de la covid-19, par exemple parce qu’ils sont diabétiques. Cela représente environ 1 million de personnes, qui sont donc vaccinées en priorité.

    Depuis le 4 janvier, cette cible est élargie en y incluant les professionnels de santé de ville et d’hôpital qui ont plus de 50 ans ou présentant des comorbidités, ainsi que les pompiers et les aides à domicile de plus de 50 ans. Sont également concernées par cet élargissement les personnes handicapées vulnérables en établissements spécialisés, ainsi que les personnes travaillant dans ces établissements et âgées de plus de 50 ans.

    Depuis le 18 janvier, la vaccination est élargie aux personnes âgées de 75 ans et plus qui ne sont pas en établissement mais à domicile, ce qui représente 5 millions de personnes. La vaccination est également ouverte aux personnes, quel que soit leur âge, présentant une des pathologies (insuffisance rénale chronique, cancer sous traitement, transplantés d’organes, personnes atteintes de trisomie…) conduisant à un très haut risque de forme grave de la maladie, ce qui représente 800 000 personnes.

    Pour vous faire vacciner vous devez prendre rendez-vous par téléphone (0800 009 110), ou Internet (sur le site santé.fr).

    Pour une seconde phase, qui commencera en février et s’étendra jusqu’au printemps, le périmètre de la vaccination sera encore élargi avec les personnes âgées de 65 à 74 ans, ainsi que les professionnels du médico-social âgés de plus de 50 ans ou présentant des comorbidités.

    Enfin pour une troisième phase, à partir du printemps, la vaccination sera ouverte à l’ensemble de la population.

     

    Comment fonctionne un vaccin ?

    Lorsqu’on tombe malade, notre système immunitaire se défend en fabriquant notamment des anticorps. Ils sont destinés à neutraliser et aider à éliminer le virus à l’origine de la maladie.

    La vaccination s’appuie sur ce mode de fonctionnement : elle introduit dans notre corps un virus inactivé, une partie du virus ou même un ARN messager. Notre système immunitaire produit des anticorps en réaction à cette injection. Ainsi, le vaccin permet que notre système immunitaire reconnaisse spécifiquement l’agent infectieux s’il s’introduit dans notre organisme. Il sera alors détecté, neutralisé et éliminé avant qu’il ne puisse nous rendre malade.

     

    Pourquoi mettre en place la vaccination ?

    La vaccination permet de se protéger et de protéger les autres. Couplé avec les mesures barrières, le vaccin contribuera à maîtriser l’impact de l’épidémie de la Covid-19 sur le long terme.

    Selon la Haute autorité de la Santé (HAS), les premiers objectifs du programme de vaccination seront de réduire la morbidité et la mortalité attribuables à la maladie (hospitalisations, admissions en soins intensifs et décès) et de maintenir les activités essentielles du pays, particulièrement celles du système de santé pendant l’épidémie.

     

    Les chiffres du déploiement de la vaccination

    Conformément à l’engagement de M. Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, les données nationales, régionales et départementales sur le déploiement de la vaccination en France sont désormais rendues publiques.

    Elles sont dès aujourd’hui consultables directement par tous sur le site www.data.gouv.fr.

    Données sur les livraisons : https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/donnees-relatives-aux-stocks-des-doses-de-vaccins-contre-la-covid-19/
    Données sur les stocks : https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/donnees-relatives-aux-livraisons-de-vaccins-contre-la-covid-19/

    Des données complémentaires viendront progressivement les compléter, afin que chacun puisse s’informer du déploiement de la vaccination dans son territoire.

     

    Le collectif citoyen sur la vaccination

    Un collectif citoyen sur la vaccination contre la Covid-19 a été lancé le samedi 16 janvier 2021. Chargé d’accompagner, au long cours, la campagne de vaccination, il a pour objectif de tenir compte des préoccupations, observations et interrogations des citoyens et de la société civile.

    Pour constituer ce collectif, 35 citoyens ont été tirés au sort sur la base de critères de représentativité. Finalisé le 11 janvier 2021, ce panel est constitué de 18 femmes et 17 hommes.

    Le dispositif mis en place par le CESE, (Conseil économique, social et environnemental), repose sur trois piliers  :

    • Une commission temporaire au sein du CESE, regroupant des représentants de chacun des groupes du Conseil. Cette instance a débuté ses travaux afin de porter à la connaissance du gouvernement  et du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale les observations et les recommandations de la société civile organisée.
    • Le collectif citoyen
    • La plateforme de consultation citoyenne (vaccinationcovid.lecese.fr)

    Un premier rapport d’étape est prévu le 21 février.

    Tout savoir sur la plateforme de consultation citoyenne